Vos questions

Vos questions sur nos engagements pour une agriculture plus respectueuse de l’environnement

Vous pouvez retrouver nos résultats et exemples concrets d’actions mises en place sur nos sites
dans la partie « Charte LU’Harmony »

On parle de plusieurs agricultures pour faire référence à différents systèmes de production qui existent.
Depuis le milieu du 20ème siècle s’est développée l’agriculture conventionnelle, dite « intensive ». Elle s’est démarquée des systèmes agricoles traditionnels – fondés sur la polyculture et l’élevage – par sa productivité élevée et l’utilisation massive d’intrants. D’autres systèmes de production sont alors apparus, avec la volonté de mieux prendre en compte l’environnement dans la production agricole, notamment :
  • l’agriculture biologique (interdiction de tout traitement chimique), reconnaissable par son logo AB
  • l’agroforesterie (association d’arbres et de cultures sur une même parcelle pour favoriser les apports mutuels)
  • l’agriculture à haute valeur environnementale (respect par l'ensemble de l'exploitation agricole, des exigences environnementales figurant dans un référentiel défini)
  • l’agriculture raisonnée (usage autorisé mais limité de substances chimiques de synthèse pour ne traiter que ce qu’il faut, au bon moment et avec les doses adaptées
Dans le champ, le blé dur est reconnaissable au blé tendre grâce à « sa barbe ». Dans son utilisation également il est très différent. En effet, le blé dur est fragmenté pour obtenir de la semoule, cette semoule est alors utilisée pour fabriquer des pâtes.

Le blé tendre, lui, est transformé en farine qui permettra de fabriquer du pain et des biscuits.

Nous utilisons une trentaine de variétés de blé distinctes car chaque farine est fabriquée à partir d’un assemblage de grains de blé différents que nous sélectionnons avec soin en fonction des caractéristiques technologiques recherchés (croustillant, moelleux, etc).
  • Le blé se sème en octobre. Sur un hectare de blé, on sème 3 millions de graines !
  • En fin d’hiver, la plante se ramifie pour former une touffe, c’est le tallage. Quelques mois après en avril mai, l’épi apparaît, cette étape s’appelle l’épiaison.
  • Enfin, durant le mois de juin les grains de l’épi grossissent et murissent. Lorsque le blé est bien mûr et le champ bien doré, c’est l’heure de la moisson qui peut aller de fin juin à juillet selon les régions.

9 mois, c’est donc le temps qu’il faut pour que le grain de blé tendre donne un épi prêt à être récolté !
Le programme LU’Harmony est un partenariat durable avec l’ensemble des acteurs de la filière pour cultiver le blé selon des pratiques agricoles plus respectueuses de l’environnement, de la biodiversité locale et au service de la qualité de nos biscuits.

La Charte LU’Harmony de 51 bonnes pratiques agricoles (synthèse de chacune de ces pratiques disponibles sur notre site internet) couvre l’ensemble des étapes du cycle de vie du blé et intègre :
  • Des pratiques agricoles plus respectueuses de l’environnement :
    Exemples : sélectionner la parcelle de blé en fonction du précédent cultural, des variétés de blé et du travail du sol pour sécuriser la qualité de nos blés et limiter les traitements futurs en particulier contre la fusariose ; adapter la date et la densité des semis grâce à des outils d’aide à la décision pour optimiser les conditions de culture et limiter les traitements .
  • Des exigences spécifiques LU’Harmony sur la biodiversité locale : Exemple : préserver la biodiversité locale en allouant 3% des parcelles de blé LU’Harmony à une zone fleurie attractive et nourricière pour les insectes pollinisateurs. Ces pratiques spécifiques et le mélange mellifère recommandé ont été élaborés avec notre ONG partenaire Noé pour attirer les pollinisateurs (abeilles, papillons…) dont l’action est indispensable à notre écosystème, à commencer par la production de plus de 35% de ce que nous mangeons (Source INRA 2005).
Chez LU, nous souhaitons que l’ensemble de nos biscuits utilisent des blés cultivés selon la Charte LU’Harmony (depuis 2013, plus de 70% des produits LU utilisent du blé LU’Harmony) et qu’ils soient accessibles au plus grand nombre. C’est dans ce cadre que nous avons développé la Charte LU’Harmony. Les principales différences sont :
  • La Charte LU’Harmony autorise l’utilisation de produits phytosanitaires mais seulement en dernier recours et avec justification de chaque intervention.
  • La Charte LU’Harmony intègre des bonnes pratiques pour préserver la biodiversité locale et la mesurer sur le terrain.
On sait au travers des analyses du cycle de vie que 70% de l’impact environnemental de nos produits provient des matières premières or le blé est notre ingrédient principal.

Soucieux de proposer une démarche qui conjugue accessibilité pour le plus grand nombre, meilleur respect de l’environnement, préservation de la biodiversité locale et traçabilité renforcée ; nous avons fait le choix de développer notre propre filière LU’Harmony en collaboration avec des experts (scientifiques, ONG…) et les acteurs de la filière (meuniers, coopératives).
Les conditions météos varient chaque année et peuvent avoir des impacts sur la quantité de blés LU’Harmony disponibles pour fabriquer nos biscuits. Pour parer à ce risque, nous avons intégré une marge de sécurité fixée à 70% minimum, mais nous mettons tout en œuvre pour qu’en temps normal 100% du blé provienne de notre filière LU’Harmony.
Nous travaillons avec 1700 producteurs et une vingtaine d’organismes stockeurs en 2016 à travers toute la France. Nous nous appuyons sur nos meuniers et nos organismes stockeurs partenaires pour nous aider à sélectionner les agriculteurs le plus près possibles de nos sites de fabrication, vous pouvez donc en parler à votre organisme de rattachement. Il vous est également possible de nous rejoindre sur Facebook si vous avez d’autres questions plus précises.
La garantie du respect de la Charte LU’Harmony est assurée via :
  • Le conseil technique des organismes stockeurs aux agriculteurs à chaque étape clés de la culture du blé
  • L’enregistrement de chaque intervention réalisée sur une parcelle de blé sur la fiche de culture qui indique l’ensemble des traitements, les doses, la justification, etc.
  • Les audits extérieurs sont organisés chaque année sur 10% des agriculteurs (chacun des 51 points de la charte est vérifié) , 100% des meuniers et organismes stockeurs

=> Résultats : -22% de produits phytosanitaires* pour la culture des blés LU’HARMONY

* Source: Moyenne de l’IFT (Indice de Fréquence de Traitement) des campagnes LU’Harmony 2009 à 2015 vs la moyenne nationale du blé 2008 Ministère de l’Agriculture
Notre politique d’approvisionnement exclut totalement les Organisme Génétiquement Modifié (OGM). Dans le cadre de la filière LU’Harmony, nous utilisons une 30 aine de variétés de blé différentes, ce qui nous permet de réaliser des mélanges adaptés à nos différentes recettes. Les agriculteurs partenaires sont obligés de sélectionner des semences de blé non-OGM, certifiées ou de 1ère génération et recommandées pour leur résistance aux maladies et adaptées à la fabrication de nos différents biscuits.
La Charte LU’Harmony s’inscrit dans une démarche de progrès continu et cela concerne également les traitements car tous nos partenaires de la filière ne sont pas systématiquement équipés des mêmes outils. Par exemple, pour la récolte 2012, 15% des blés LU’Harmony ont été traité suite à la détection d’insecte lors du stockage. Soucieux de renforcer nos exigences nous avons interdit les traitements par insecticides de stockage sur le blé et la farine issus de la récolte LU’Harmony 2013. Néanmoins une dérogation exceptionnelle pourra être accordée selon un protocole d’urgence dédié.
  • Nos 9 usines françaises sont approvisionnées avec du blé 100% Français cultivé par des agriculteurs partenaires sélectionnés le plus près possible de nos usines.
  • en 2016, nous travaillons avec 1700 agriculteurs en France, 21 organismes stockeurs, 4 meuniers C’est toute une filière et derrière elle des milliers d’hommes et de femmes qui s’engagent à nos côtés
Oui, nos agriculteurs partenaires perçoivent une prime. Ils sont rémunérés pour leurs efforts :
  • Respect des 51 pratiques culturales exigeantes
  • Dont notamment 3 % de la surface de leurs champs de blé dédiés à un espace fleuri

Mais au-delà de cette prime, les agriculteurs partenaires se sont associés à cette démarche car elle :
  • Valorise leur métier
  • Développe le sentiment de fierté : ils connaissent la destination finale de leur blé
  • Respecte mieux l’environnement

Vos questions sur nos engagements pour préserver la biodiversité locale

La biodiversité vient de Bio (la vie) et Diversité ; c’est l’ensemble des êtres vivants et des écosystèmes : la faune, la flore, les bactéries, les hommes... La biodiversité nous rend des services précieux ; l’eau que nous buvons, la nourriture que nous mangeons, l’air que nous respirons, les vêtements que nous portons, les médicaments qui nous soignent... Ces services sont indispensables à l’humanité mais très difficiles à reproduire s’ils venaient à disparaitre. Par exemple, les chercheurs estiment que cela coûterait 153 milliards d’euros par an de remplacer le travail de pollinisation des insectes pollinisateurs.
La biodiversité locale ou ordinaire définit l’ensemble des espèces que nous côtoyons quotidiennement, près de chez nous par exemples des abeilles, papillons, oiseaux… qui nous rendent des services essentiels comme la production de fruits et de légumes via la pollinisation.
Les abeilles, papillons, bourdons butinent de fleurs en fleurs pour se nourrir de nectar sucré. En se posant sur une fleur pour en récupérer le nectar, ils vont se retrouver, à leur insu, couvert de pollen qu’ils déposeront en allant se poser sur une autre fleur : c’est le principe de la pollinisation. Ce pollen va permettre la fécondation d’un ovule puis la formation d’un fruit contenant des graines. Selon une étude de l’INRA, plus d’un tiers de ce que nous mangeons dépend directement des insectes pollinisateurs. Cette dépendance concerne la grande majorité des fruits et des légumes que nous mangeons comme par exemple les tomates, les melons, les fraises, les courgettes, le cacao…
Chaque agriculteur partenaire a l’obligation de dédier 3% des parcelles de blé LU’Harmony à une zone fleurie attractive et nourricière pour les insectes pollinisateurs soit : située en bordure de champ ou sur une parcelle non utilisée ou en interculture avant une culture de printemps, soit engendrée par la plantation d’une haie.

Des indicateurs de biodiversité sont suivis chaque année afin de mesurer l’impact réel des zones fleuries sur la biodiversité locale.

Durant l’été 2016, nous avons mesuré que plus de 14,5 millions d’abeilles et 16 espèces de papillons observés ont pu se nourrir sur nos 935 hectares de zones fleuries.
Contrairement à la majorité des fruits et légumes, le blé, n’a pas besoin des insectes pollinisateurs pour se reproduire. Néanmoins, la biodiversité est un enjeu qu’il faut regarder à l’échelle plus globale, comme l’exploitation ou le territoire. Un exemple : les abeilles sont capables de parcourir 3km à la recherche de pollen et de nectar, ainsi favoriser leur présence à proximité d’un champ de blé LU’Harmony aura un impact positif sur les rendements du champ de colza à côté ou encore sur un verger alentour qui eux ont besoin des insectes pollinisateurs pour assurer leur reproduction. Avec LU’Harmony, les agriculteurs réintroduisent de la biodiversité végétale qui elle-même attire la biodiversité animale.
Noé est une association qui a pour mission de sauvegarder la Biodiversité de proximité, à travers des programmes de conservation des espèces menacées et de leurs milieux de vie, ainsi qu’avec des campagnes de sensibilisation et d’éducation qui incitent à l’évolution des comportements. Nous travaillons avec Noé depuis le lancement de l’initiative LU’Harmony ! Noé nous apporte son expertise année après année sur le volet biodiversité de la charte, choix du mélange fleuri, mise en place de protocole de suivi, etc. Depuis 2012, pour aller encore plus loin, nous avons signé un partenariat pour continuer de préserver la biodiversité et de sensibiliser nos publics à cet enjeu clé.

Vos questions sur nos engagements pour la nutrition

Vous pouvez retrouver nos résultats et exemples concrets d’actions mises en place sur nos sites
dans la partie « Nutrition »

Les biscuits LU font partie de l’alimentation de plusieurs générations depuis plus de 100 ans.

Les biscuits font partie des aliments plaisirs, et sont des aliments dits à haute densité énergétique, puisqu’ils contiennent du sucre et du gras.

Nous sommes convaincus que l’alimentation mêle plaisir et santé, et c’est pourquoi nous pensons que les biscuits LU y trouvent leur place, dans le cadre d’une alimentation variée, équilibrée et d’une hygiène de vie saine.

C’est pourquoi nous donnons sur nos emballages les informations nutritionnelles, ainsi que des exemples de portions adaptées, et que nous favorisons les petits emballages permettant une consommation contrôlée.
Les biscuits font partie des aliments plaisirs, et sont des aliments dits à haute densité énergétique, puisqu’ils contiennent du sucre et du gras.

Une consommation raisonnable peut s’inscrire dans un apport énergétique adapté à à la dépense énergétique.

C’est le déséquilibre des apports et dépenses énergétiques qui conduit à une prise de poids.
Les biscuits font partie des aliments « plaisir », et sont des aliments dits à haute densité énergétique puisqu’ils contiennent du sucre et du gras.

La consommation doit être contrôlée et peut varier pour être adaptée aux besoins de chacun : âge, sexe, activité physique sont autant de facteurs qui influent sur les besoins énergétiques.

Vous pourrez trouver des conseils et des exemples de portions adaptées sur le site, pour différents profils, avec les autres éléments pour un goûter équilibré et complet qui répond aux recommandations nutritionnelles (une boisson, un fruit, un produit laitier).

Nous essayons de développer des pochons individuels pour rester dans des portions adaptées.
C’est le médecin ou pédiatre qui peut vous répondre sur la diversification alimentaire, en tenant compte du développement de l’enfant (capacité à mastiquer, à déglutir etc…).
Nos recettes étant susceptibles d'évoluer, nous ne pouvons vous communiquer de liste de produits ne contenant pas ces ingrédients.
Nous vous invitons à vous référer à la liste des ingrédients sur chaque emballage de nos biscuits. Les allergènes y sont mentionnés sous la forme "Peut contenir des traces" ou en gras dans la liste des ingrédients conformément à la nouvelle règlementation.
Le gluten est une protéine du blé et de ses dérivés (avoine, seigle, orge), qui joue un rôle essentiel dans la formation de la pâte à gâteaux et biscuits.

Comme le blé est la matière première principale dans la fabrication de nos biscuits, via la farine, le gluten est présent dans tous les biscuits LU.
Depuis plus de 6 ans, les recettes ont été progressivement rénovées sur tous nos biscuits LU, pour qu’aujourd’hui il n’y ait pas de recours à l’utilisation de MGH.

Concernant les AGT, nous garantissons, comme la réglementation le demande, un taux d’AGT inférieur à 1% dans 100% de nos produits.
Les biscuits LU n’utilisent pas de matières premières ainsi que des produits contenant ou constituées d’OGM, ou encore fabriquées à partir d’OGM. Notre société garantit la conformité avec les réglementations concernant les OGM, et continue à s’approvisionner en matières premières non génétiquement modifiées :
  • en exigeant de ses fournisseurs les garanties nécessaires et une documentation relative à la traçabilité,
  • en menant des audits qualité auprès de ses fournisseurs.

Vos questions sur nos engagements pour l’Environnement

Vous pouvez retrouver nos résultats et exemples concrets d’actions mises en place sur nos sites
dans la partie « Tous nos Engagements »

Depuis plus de 15 ans, nous travaillons à réduire l’impact environnemental de nos emballages. Aujourd’hui :
  • 83% des emballages de nos biscuits contiennent des matériaux recyclés
  • 88% sont faits avec des matériaux renouvelables
  • 88% sont recyclables

Nous poursuivons nos efforts sur :
  • La réduction du poids de nos emballages. Par exemple, en 2013, Prince de LU a lancé un nouvel emballage avec ouverture facile et refermable qui a permis de supprimer l’aluminium à hauteur de 104 tonnes/an
  • Le choix des matériaux. Par exemple, la marque Petit Ecolier a remplacé en 2010 sa barquette en plastique par 2 sachets fraicheur en film métallisé avec une économie de 400 tonnes d’emballage par an.
  • La réduction de la quantité d’encre utilisée sur nos pochons individuels : nous avons diminué les taux d’encrge de -90% en 2012 soit 36000L d’encre = 200 baignoires/an

Enfin, nous avons mis en place la nouvelle signalétique Eco-Emballage sur nos emballages pour aider le consommateur à trier plus et mieux.
Les pochons individuels permettent de proposer la juste quantité pour le gouter et permettent de limiter le gaspillage alimentaire en garantissant la conservation des autres biscuits pour un autre jour.

En 2012 nous avons diminué de 90% la quantité d’encre utilisée sur nos pochons individuels soit une économie de 36 000L d’encre /an l’équivalent de + de 200 baignoires !!
Nos 9 sites de fabrication de biscuits en France sont certifiés ISO 14001 (Management Environnemental) et ont mis en place depuis plusieurs années des actions pour limiter leurs émissions de CO2, consommation d’eau, d’énergie, production de déchets….

Posez-nous Vos Questions

  • Vos questions - par téléphone

    Par téléphone en contactant l'un de nos conseillers au numéro cristal 09 69 39 79 79 (appel non surtaxé) du lundi au vendredi de 8h à 20h

  • Vos questions - par courrier

    Par courrier en écrivant à : Service Consommateurs Mondelez France
    6 avenue Réaumur
    BP 100 – 92 146 CLAMART Cedex

  • Vos questions - sur Facebook

    Sur Facebook en rejoignant notre communauté
    Découvrir notre page

REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE LU